Termites : un danger souvent sous-estimé

Implantation des termites en France

Insectes xylophages, les termites représentent un danger insidieux mais bien réel pour nos logements. Après avoir colonisé les structures en bois d'une habitation (charpente, plancher, mur, escaliers, etc.), les termites rongent peu à peu ces derniers au point d'en affecter considérablement la solidité. Dans les cas les plus extrêmes, ce travail de sape peut provoquer l'effondrement du bâtiment.

Alors que, dans les années 70, seules deux espèces de termites étaient recensées en France, les pouvoirs publics considèrent que près de 7 espèces occupent aujourd'hui notre territoire. Face à ce parasite pouvant infester immeubles, maisons et appartements, toutes les communes ne sont pas logées à la même enseigne. A l'heure actuelle, la présence de termites aurait ainsi été avérée (à des degrés divers) au sein d'une cinquantaine de départements (Gironde, Landes, Rhône, Ile-de-France, Garonne, Loire, etc.)

Là encore, tous ne sont pas égaux face au danger que représentent les termites puisque, pour une bonne moitié des départements visés, seules quelques rares communes semblent être affectées (bien souvent moins de 10). Proposant des conditions climatiques propices à leur prolifération, le Sud-Ouest abrite les plus fortes concentrations de termites. Enfin, pour une raison analogue, les départements d'Outre-Mer apparaissent comme particulièrement exposés à d'éventuels foyers parasitaires.

Pourquoi les termites investissent-elles nos maisons ?

En matière de termites, l'activité humaine semble être le principal vecteur de propagation et de contamination. Dans leur habitat naturel, les termites se cantonnent aux forêts où elles se nourrissent de bois mort. Il peut toutefois arriver qu'une colonie soit délogée de son habitat (élagage, abatage de bois) et transportée à travers le territoire sur de très grandes distances.

Ainsi séparés de leur milieu naturel, ces insectes xylophages n'ont bien souvent d'autres choix que de coloniser les habitations, seuls lieux leur offrant la chaleur et l'humidité indispensables à leur survie.

Présence de termites : de lourds dégâts

Le bois étant un élément constitutif important de nos habitations, la présence de termites en son sein peut rapidement s'avérer des plus néfastes pour celles-ci. Pour se nourrir, le parasite creuse des galeries à l'intérieur même du bois, créant ainsi de nombreuses zones « vides ». Si elles s'attaquent en premier lieu à la partie la plus tendre du bois, les termites auront donc tôt fait d'altérer l'intégralité de l'élément.

Alors que la présence de termites au sein d'une pièce de mobilier (commode, buffet, table, etc.) peut évidemment s'avérer dommageable pour son propriétaire, le risque est bien plus grand lorsque celles-ci investissent des éléments fondamentaux de l'édifice tels que les escaliers, les plafonds ou encore les charpentes. En s'attaquant aux éléments de construction, les termites peuvent en affaiblir considérablement la solidité, les empêchant par conséquent de remplir correctement leur fonction dans la structure même du bâtiment. Si un diagnostic termite n'est pas réalisé à temps, il ne sera pas surprenant qu'un plafond cède sous son propre poids, qu'un mur se lézarde, voire même dans les cas les plus extrêmes, que le bâtiment s'écroule littéralement.

Se nourrissant de cellulose, les termites représentent donc l'un des pires dangers pour le bois présent dans nos logements. Ce n'est pourtant pas le seul matériau de construction à être menacé par cet insecte. En effet, dans leur quête de nourriture, les termites peuvent être amenées à se déplacer à travers l'habitation, endommageant les différentes structures qu'elles traversent (plâtre, isolant, etc.).

Comment reconnaître les signes d'une infection ?

Si certains n'hésiteront pas à se munir d'une loupe pour s'assurer de l'absence de termites chez eux, ce parasite reste difficilement décelable. Il est en effet extrêmement rare de voir les termites qui infestent un logement, ces dernières préférant rester à l'intérieur du bois plutôt que de s'exposer à la lumière. L'occupant d'une habitation colonisée peut en revanche identifier certains indices attestant de la présence du parasite. Des indices qui sont bien souvent les signes que les termites ont d'ores et déjà entamé leur travail de destruction.

Parmi ceux-ci, on peut notamment relever :

  • Des structures en bois anormalement friables.
  • La présence de petits trous (d'environ deux millimètres de diamètre) voire de galeries creusées sur une pièce de bois ou de plâtre.
  • Du bois vermoulu (la présence de vermoulure n'est toutefois pas obligatoire, certaines espèces de termites conférant au bois un aspect non pas vermoulu mais feuilleté).
  • La présence, dans un plancher ou la partie basse d'un mur, d'un vide sous une pellicule de surface intacte (les termites établissant leur colonie au sol).

Si l'identification de tels indices ne permettra pas de prouver à 100% la présence de termites, ils seront toutefois suffisamment suspicieux pour amener à la réalisation d'un diagnostic immobilier en ce sens (même lorsque le logement concerné n'est pas situé dans un département considéré comme à risque).