Rénovation énergétique : Terra Nova dénonce l'inaction du gouvernement

31/10/2013 à 14:55 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Rénovation : Terra Nova dénonce l'inaction du gouvernement
Rénovation énergétique : Terra Nova dénonce l'inaction du gouvernement

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le gouvernement doit-il revoir ses priorités en matière de transition énergétique ? C'est en tout cas ce qu'estime le groupe de réflexion Terra Nova qui dénonce, dans une note dévoilée en fin de semaine dernière, l'attentisme qui semble régner sur la rénovation des bâtiments tertiaires.

Si le parc immobilier dans son ensemble représente 40% de l'énergie consommée en France, les logements tertiaires sont pour beaucoup dans la consommation excessive de ce secteur (15% de l'énergie globale étant dévolu à ces seuls bâtiments). Qu'il s'agisse de bureaux, de commerces ou de toute autre activité de services, leur rénovation énergétique devrait donc préoccuper au plus haut point un gouvernement poursuivant l'ambition de placer la France sur la voie de la transition énergétique. Pourtant, s'il faut en croire le Think tank (groupe de réflexion) Terra Nova, ce dernier fait preuve d'un attentisme des plus coupables en la matière.

Visant un objectif de 38% d'économies d'énergie d'ici à 2020, la loi Grenelle 2 (datant de juillet 2010) devait initialement imposer une obligation de travaux à tous les bâtiments tertiaires. Seul manquait alors le décret d'application rédigé par le gouvernement. Or, plus de trois ans après, point de décret à l'horizon.

Force est de constater que, si attentisme il y a, celui-ci est à mettre à l'actif du gouvernement. En effet, “de nombreux acteurs économiques du secteur tertiaire semblaient volontaires pour montrer le chemin et avaient déjà engagé des plans d'actions, aujourd'hui bloqués dans l'attente du décret”, regrette Terra Nova.

Mieux encore, un rapport publié en 2011 par le Plan Bâtiment Grenelle jalonnait la voie vers la transition énergétique de quelques 32 mesures à mettre en place, dont notamment une réduction de 25% des consommations d'ici à 2020, une mise en application des différentes mesures échelonnée dans le temps (en fonction de la surface des biens concernés) et une obligation pour les bâtiments les plus énergivores de faire progresser de deux classes leur DPE (une classe pour les logements tertiaires affichant une consommation intermédiaire).

“Ces propositions correspondaient à un consensus des acteurs concernés”, estime Terra Nova avant de préciser qu' “elles constituaient donc un ensemble d'actions que les pouvoirs publics auraient pu décider de mettre en œuvre rapidement”. Par conséquent, “cet attentisme est difficilement compréhensible au regard des bénéfices – économiques, sociaux et environnementaux – qu'offre la rénovation énergétique des bâtiments”.

Concrètement, Terra Nova préconise la publication rapide du décret tant attendu et demande également à ce qu'un véritable plan d'action soit engagé afin de réduire considérablement la consommation énergétique du parc immobilier tertiaire. Celle-ci étant actuellement évaluée à 400 kWh d'énergie primaire/m²/an, le groupe de réflexion propose donc un “objectif symbolique de 100 kWh d'énergie primaire/m²/an” d'ici à 2050.

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Partagez
cette
page