L'énergie coûte trop cher pour un français sur quatre

13/01/2015 à 14:46 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

L'énergie coûte trop cher pour un français sur quatre
L'énergie coûte trop cher pour un français sur quatre

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Chauffage, carburant, si l'on en croit l'Insee, près d'un français sur quatre vivrait en situation de « vulnérabilité énergétique ».

L'énergie grève le budget de 25% des français

Si le gouvernement entend faire de 2015 l'année de la transition énergétique, pour certains français, la principale préoccupation en matière d'énergie n'est pas de savoir comment ils vont rénover leur logement mais bien de savoir comment ils arriveront à se chauffer et surtout à payer leurs factures. Les ménages sont en effet de plus en plus nombreux à considérer que l'énergie (chauffage, eau chaude, carburant) pèse excessivement sur leur budget. Un rapport publié le 8 janvier dernier par l'Insee estime ainsi que cette « vulnérabilité énergétique » affecte aujourd'hui 25% des ménages français.

Chauffer son logement coûte cher

Sur le front du logement, l'Institut précise que, « pour 15 % des ménages résidant en France métropolitaine, la part des revenus consacrés au chauffage du logement et à l'eau chaude est élevée, au sens où elle atteint le double de l'effort médian ». Dans le détail, l'Insee note l'influence majeure de la surface du logement sur la capacité de ses occupants à s'acquitter de leurs factures énergétiques. Les grandes habitations étant difficiles à chauffer, 24,1% de ceux qui occupent un bien de plus de 150m² vivraient ainsi en situation de vulnérabilité. A l'inverse, les logements les plus petits se révèlent certes plus faciles à chauffer mais sont généralement occupés par les ménages disposant des revenus les plus faibles. En conséquence, 26,8% des français logeant dans moins de 25m² frôleraient la précarité énergétique. La nature du logement doit également être mise en évidence puisque si les occupants d'un bien immobilier datant de 2004 ou plus ne consacrent que 3,6% de leurs ressources au chauffage et à la production d'eau chaude, ceux résidant dans un logement construit avant 1949 voient ce poste de dépense s'établir à 8% de leurs revenus. Appartements et maisons ne sont pas non plus sur un pied d'égalité puisque si les premiers accueillent 11,6% de ménages en situation de vulnérabilité énergétique, cette proportion se porte à 17% lorsqu'il s'agit de ménages résidant en maison.

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Partagez
cette
page