Immobilier : que vaut un bon DPE ?

21/10/2015 à 16:38 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Immobilier : que vaut un bon DPE ?
Immobilier : que vaut un bon DPE ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

N'en déplaise à certains, la performance énergétique d'un bien immobilier impacte de façon significative son prix de vente. C'est en tout cas ce que constate Dinamic dans sa dernière étude portant sur la « valeur verte » des logements.

Achat immobilier : le DPE a-t-il vraiment un intérêt ?

Dans son baromètre sur le moral immobilier du mois de juin, le groupe Logic-immo mettait en doute le rôle du DPE dans le processus d'acquisition d'un logement. Selon l'étude, seulement 11% des acheteurs considèreraient le diagnostic de performance énergétique comme un critère décisionnel à prendre véritablement en considération. Et pourtant, si l'on en croit la dernière publication émanant de l'association Dinamic (Développement de l'information notariale et de l'analyse du marché immobilier et de la conjoncture), l'intérêt financier d'un bon DPE n'est plus à prouver.

Régulièrement, l'association Dinamic (sous l'égide des notaires) s'attache à déterminer la valeur verte des logements. Il s'agit là de définir dans quelle mesure la consommation énergétique d'un bien influe sur son prix de vente. Or, au regard des données recensées sur l'année 2014, les conclusions de l'étude ne souffrent aucunes discussions : une mauvaise étiquette énergétique est bien souvent synonyme de rabais.

Mauvais DPE : Jusqu'à -18% sur le prix

Dans le détail, les fluctuations de prix se révèlent disparates en fonction du type de bien (maison ou appartement) mais également de leur situation géographique. Entre une maison classée D et une maison présentant une étiquette énergétique moins bonne (F ou G), l'écart de prix oscillera entre -5 et -18% selon les régions (-5% par exemple en Ile-de-France mais -17% en Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine). La performance énergétique semble en revanche peser de façon moins marquée sur la valeur des appartements. A leur sujet, l'étude précise en effet que « pour les moins bonnes étiquettes (F et G), la décote s'étage entre 2 et 14% au lieu de 5 et 18% pour les maisons ».

Des prix surélevés de 10% pour les bons DPE

Quant aux heureux propriétaires de logements véritablement économes (classe A, B), ils peuvent espérer tirer profit de cette qualité et tabler sur un prix de vente bien plus élevé que s'il s'agissait d'un logement « classique ». Concrètement, entre les biens de classe C et ceux de catégories A ou B, la différence de prix pourra s'établir à +10% en Normandie ou encore +12% en Bretagne.

  • Bon plan : Choisissez le meilleur professionnel pour vos diagnostics immobiliers
  • Source :

    Consulter toutes les actualités

    Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

    Vos réactions

    commentaire(s)

    Partagez
    cette
    page