Facture énergétique : l'immobilier coûte cher aux français

08/08/2014 à 16:04 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Facture énergétique : l'immobilier coûte cher aux français
Facture énergétique : l'immobilier coûte cher aux français

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les français sont de plus en plus nombreux à envisager de rénover thermiquement leur logement. Un attrait qui s'explique certes par une volonté gouvernementale de rénover un parc immobilier peu performant mais aussi et surtout par le besoin des particuliers de réduire leur facture d'énergie.

Un logement sur dix est énergétiquement performant

Il y a peu, le Commissariat général au développement durable (CGDD) remettait les résultats d'une étude portant sur la consommation énergétique des logements. Des résultats qui attestent notamment des importantes carences du parc immobilier français en la matière. Appuyant ses conclusions sur l'analyse des diagnostics de performance énergétique (DPE), le CGDD note en effet que la très grande majorité des logements s'affichent comme de gros consommateurs énergétiques (seul 14% du parc immobilier présente une étiquette DPE classée A, B ou C).

Logement : la facture grimpe chaque année

S'expliquant par des réglementations thermiques successives globalement insuffisantes et par une construction de logements neufs en perte de vitesse depuis 2009, ce manque de biens immobiliers performants permet aux dépenses énergétiques (logement, véhicule, etc.) d'occuper 6,2% du budget des ménages (soit 3207 euros en 2013). Si l'on en croit l'étude, il s'agirait là d'une "proportion qui n'avait pas été atteinte depuis 1991". Or, cette progression résulte principalement de la nette hausse des dépenses relatives au logement. Entre 2012 et 2013 celles-ci auraient ainsi augmenté d'une centaine d'euros pour s'établir au-delà des 1800 euros annuels.

Rénovation énergétique : les travaux s'imposent

Observant leur facture énergétique grossir un peu plus chaque année (en 2013, les tarifs du gaz et de l'électricité ont progressé de respectivement 3,9% et 6,5%), les particuliers considère désormais la rénovation de leur habitation d'un oeil nouveau. Or, ce ne sont pas les travaux permettant de réduire leur facture qui manquent. Selon le rapport du CGDD, plus de trois améliorations d'ordre énergétique ont ainsi été proposés à l'issue des DPE (3,5 travaux en moyenne pour une maison individuelle, 3,4 pour un appartement avec chauffage collectif et 3,1 pour un appartement avec chauffage individuel).

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Partagez
cette
page