Energie : les répartiteurs de frais de chauffage font débat

15/04/2015 à 16:10 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Energie : les répartiteurs de frais de chauffage font débat
Energie : les répartiteurs de frais de chauffage font débat

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En matière d'économies d'énergie, les répartiteurs de frais de chauffage sont la star du moment. Toutefois, certains commencent à douter de l'intérêt même de ces compteurs.

Economie d'énergie : les compteurs répartiteurs sur le devant de la scène

Bon nombre de français ignorent ce que sont les répartiteurs de frais de chauffage et pourtant, à l'instar des détecteurs de fumée, ceux-ci pourraient d'ici peu faire couler beaucoup d'encre. En effet, les professionnels du secteur de l'énergie comme ceux de l'immobilier n'ont de cesse d'inciter les copropriétaires à équiper leur logement de ces compteurs bien spécifiques. Une initiative paraissant de prime abord des plus louables puisque, si quelques 5 millions de logements sont actuellement chauffés de façon collective, ces répartiteurs de frais de chauffage doivent normalement permettre aux propriétaires d'individualiser leur consommation et donc de ne s'acquitter que de l'énergie qu'ils consomment réellement.

Répartiteurs : économie réelle ou simple opération commerciale ?

Si sur le papier l'opération peut se révéler intéressante, la prudence est toutefois de mise, comme l'explique le courtier en syndic Syneval. Pour ce dernier, le choix supposément judicieux de ces compteurs se plaçant sur chaque radiateur d'un logement (soit potentiellement 40 millions de compteurs pouvant être commercialisés) serait à relativiser. Il souligne en effet que, même en présence de ceux-ci, déterminer avec précision la consommation individuelle d'un logement se révèlera des plus délicates.

Syneval pointe tout d'abord du doigt les charges fixes comprises dans la facture énergétique des copropriétaires ayant recours à un chauffage collectif. Englobant notamment le coût de chauffage des parties communes ainsi que l'abonnement souscrit auprès du fournisseur d'énergie, celles-ci ne peuvent être prises en compte par les répartiteurs.

L'autre point soulevé par le courtier concerne le mode d'évaluation de la consommation des logements. Relativement complexe, cette estimation devra être confiée à une société spécialisée, les répartiteurs ne fournissant qu'un simple index ne permettant pas à lui seul l'établissement d'un relevé de consommation précis. Si l'on en croit Syneval, l'intervention d'une entreprise indépendante chargée de ce calcul entraînerait un surcoût pour les propriétaires de l'ordre de 10 euros par radiateur et par an.

Enfin, Rachid Laaraj, fondateur du courtier, explique que l'installation de ces compteurs répartiteurs de frais de chauffage pourrait être de nature à faire peser « un risque élevé d'injustice ou d'inégalité. Certains logements bien situés thermiquement ou bien "entourés" loin des sources de froid vont pouvoir pratiquement ne plus utiliser les radiateurs situés dans l'appartement, c'est ce qu'on appelle le "vol de calories" ». Les copropriétaires tentés par ces compteurs auront donc tout intérêt à peser le pour et le contre et à ne pas foncer tête baissée devant la perspective d'économies énergétiques somme toute hypothétiques.

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Partagez
cette
page