Diagnostiqueur immobilier : une profession en danger

10/05/2012 à 16:14 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Diagnostiqueur immobilier : une profession en danger
Diagnostiqueur immobilier : une profession en danger

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En matière de diagnostics immobiliers, le développement des expertises obligatoires a constitué une véritable aubaine pour les professionnels. Le nombre de diagnostiqueurs n'a cessé d'augmenter pour profiter de ce marché en pleine expansion. Un âge d'or qui pourrait toutefois brutalement prendre fin.

La mauvaise santé du marché immobilier touche également les diagnostiqueurs. La chute du nombre de transactions a réduit l'activité des acteurs du diagnostic immobilier dans un marché qui devient de plus en plus concurrentiel. Mais si l'activité a tendance à se contracter, le nombre de certifications de professionnels continue quant à elle d'augmenter. Environs 1000 nouveaux diagnostiqueurs arrivent sur le marché chaque année, alors qu'ils seraient déjà entre 6000 et 8000 dans tout le pays.

En cas d'aggravation de la crise de l'immobilier, la profession risque donc la saturation. C'est avant tout l'Etat qui est responsable de cette situation. L'intérêt croissant pour ce nouveau métier n'a pas été anticipé par les pouvoirs publics qui ont tardé à mettre en place une réglementation adaptée. Pourtant avec la multiplication des diagnostics obligatoires comme le diagnostic de performance énergétique (DPE) ou, plus récemment, le diagnostic assainissement, l'Etat aurait dû prévoir que la profession allait exploser.

En l'absence de cadre strict, les abus se sont également multiplier. Pour se démarquer de leurs concurrents, certains professionnels n'ont pas hésité à casser les prix. Pour un même diagnostic, les prix peuvent donc aller du simple au double.

Afin d'éviter les fraudes et limiter le nombre de diagnostiqueurs, l'Etat a finalement agit. En 2007, il a exigé que les diagnostiqueurs aient une certification de compétence qu'ils sont obligés de renouveler tous les cinq ans (pour les diagnostics plomb, amiante, termites, DPE, gaz et depuis 2009 pour l'électricité).

Ainsi, les professionnels doivent passer un examen pour prouver leurs compétences. Cette mesure vise avant tout à rassurer les particuliers qui ont du mal à ne pas se perdre dans cette masse de diagnostiqueurs. Elle a également pour but de limiter le nombre de diagnostiqueurs sur le marché, la certification coûtant en moyenne entre 10 000 et 15 000 euros. Une sacrée somme qui s'avère être un frein pour les candidats au précieux sésame, surtout en période de crise.

Les plus touchés risquent d'être les diagnostiqueurs indépendants qui représentent 80% de la profession. Pascal Goubet, président du syndicat des entreprises indépendantes du diagnostic immobilier estime que dans les prochaines années, la moitié d'entre eux pourraient mettre la clé sous la porte. Le marché serait alors tenu par de grands groupes qui fixeraient leurs prix, au détriment des particuliers.

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

Diagnostic immobilier - Diagnostiqueur immobilier : une profession en danger

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Diagnostic immobilier - Diagnostiqueur immobilier : une profession en danger

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Partagez
cette
page