Diagnostic immobilier : le DPE n'est toujours pas fiable

02/07/2014 à 09:36 - Diagnostic immobilier - Réagir

Diagnostic immobilier : le DPE n'est toujours pas fiable
Diagnostic immobilier : le DPE n'est toujours pas fiable

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Combien d'années encore devra-t-on patienter avoir de pouvoir observer un diagnostic de performance énergétique dont la fiabilité ne ferait l'objet d'aucune contestation ? C'est ce que l'on est en droit de se demander à la lecture d'une enquête publiée par le magazine "60 millions de consommateurs".

La fiabilité du DPE refait parler d'elle

Le magazine "60 millions de consommateurs" braque une nouvelle fois le feu des projecteurs sur la supposée fiabilité du DPE. Si les propriétaires d'un bien ont l'obligation de réaliser ce diagnostic immobilier avant une éventuelle transaction (vente ou location), peuvent-ils vraiment appréhender les résultats obtenus en toute confiance ? Intitulée "Diagnostic énergétique, la grande loterie", une enquête publiée dans la dernière édition du mensuel tente d'apporter certains éléments de réponse à cette question.

Après avoir été évalués par un expert énergéticien mandaté par le magazine, cinq logements situés à Paris, Villemomble, Marseille, Orléans et Toulouse ont ensuite été soumis à l'expertise de huit diagnostiqueurs. Au regard des résultats issus des quarante diagnostics ainsi réalisés, un constat s'impose de lui-même : "le DPE est un document à prendre avec des pincettes" !

Consommation et classes énergétiques : des résultats aléatoires

Concrètement, l'étude fait par de "consommations indiquées qui varient du simple au double, selon le diagnostiqueur". Afin d'illustrer ces propos, le magazine note qu'un "même logement a par exemple été placé en catégorie D par la moitié des diagnostiqueurs testés tandis que trois le déclaraient en catégorie C et un dernier en catégorie B". Une disparité de résultats que les auteurs attribuent bien évidemment en grande partie au sérieux fluctuant de ces professionnels. Alors que certains ont passé plusieurs heures à évaluer la performance énergétique des logements, d'autres ne sont restés sur place que quelques minutes voire ne se sont purement et simplement pas déplacés. "D'une façon générale, l'examen d'un logement se fait au petit bonheur la chance. L'examen de la chaudière n'a été effectué que dans la moitié des cas, tandis la mesure des fenêtres a été oubliée par un tiers des professionnels", commente le mensuel.

Prix du DPE et recommandations de travaux échouent au test

Outre des résultats à la fiabilité plus que douteuse, l'enquête pointe également du doigt les recommandations émises par le professionnel à l'issue du diagnostic. Au côté de celles qui relèvent effectivement du bon sens et qui semblent pleinement justifiées, les auteurs de l'étude soulignent avoir été confrontés à des recommandations fantaisistes voire irréalisables. A ce sujet, l'expert missionné par le magazine précise qu'"il faut éliminer les recommandations qui sont aujourd'hui mal intégrées par la profession. C'est un autre métier de faire des audits énergétiques". Enfin, la tarification du DPE n'est elle non plus pas épargnée, les rémunérations demandées par les différents diagnostiqueurs oscillant entre 40 et 250 euros.

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Partagez
cette
page