Comment le gouvernement entend lier santé et environnement ?

19/11/2014 à 15:53 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Comment le gouvernement entend lier santé et environnement ?
Comment le gouvernement entend lier santé et environnement ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le 12 novembre dernier, en Conseil des ministres, Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et Marisol Touraine, ministre de la Santé, présentaient la 3ème version du Plan national santé environnement (PNSE). Un plan qui, à travers une dizaine de dispositions, doit permettre de réduire l'impact de la pollution environnementale sur notre santé.

S'appuyant sur ses deux précédentes versions, ce 3ème PNSE poursuit un triple objectif : une réduction des expositions aux substances chimiques et biologiques présentes dans notre environnement (eau, air, produits de consommation, etc.), une élimination progressive des « nuisances écologiques susceptibles d'induire ou de renforcer des inégalités » sanitaires et enfin, objectif englobant les deux premiers, une réduction efficace et maximale des différents impacts environnementaux en matière de santé publique. Il s'agit donc là de lutter contre les facteurs allergiques, cancérigènes ou encore d'obésité. Pour ce faire, le gouvernement a donc décidé la mise en œuvre d'une dizaine de mesures dont certaines sont directement liées à notre cadre de vie, à savoir notre logement.

Plan Santé environnement : les mesures à venir

Parmi ses dispositions, il convient de mentionner la sensibilisation aux nuisances sonores (à travers un apprentissage scolaire et la mise à disposition d'une application sur les 15 points à vérifier en matière de bruit dans les logements), réduire la pollution des sols en réalisant un diagnostic de l'état des sols au sein des établissements recevant du public (notamment les crèches et écoles), améliorer la qualité de l'eau, mener une étude approfondie sur le risque lié aux ondes électromagnétiques ou encore limiter l'exposition aux pollens et autres substances allergènes (produits ménagers par exemple).

L'incohérence gouvernementale pointée du doigt

S'il s'agit là d'actions louables, des voix s'élèvent toutefois pour dénoncer l'incohérence du gouvernement. Si les pouvoirs publics entendent désormais œuvrer en faveur d'une meilleure qualité de l'air, « pourquoi le décret rendant obligatoire la surveillance de la qualité de l'air intérieur dans les crèches et les écoles maternelles a-t-il été supprimé ? », s'interroge Générations Nouvelles. François Veillerette, porte-parole de cette association, s'estime ainsi « globalement très déçus par ce PNSE3 présenté par Mme Royal. Il n'est pas à la hauteur de l'urgence posée par les enjeux de santé publique majeurs liés à la dégradation de notre environnement et aux pollutions dangereuses auxquelles la population est exposée ».

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Partagez
cette
page