Amiante : la dure réalité du terrain

23/04/2013 à 10:09 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Amiante : la dure réalité du terrain
Amiante : la dure réalité du terrain

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Pas formé, pas toucher ! ” C'est notamment à travers ce slogan que l'Organisme professionnel de prévention du BTP (OPPBTP) entend informer les professionnels du bâtiment, diagnostiqueurs en tête, sur la nouvelle réglementation applicable depuis peu au diagnostic immobilier amiante.

Longtemps sous-estimée, la lutte contre les dangers que représente l'amiante apparaît désormais comme une priorité concernant l'ensemble des professionnels du bâtiment. Interdite en France depuis 1997, l'amiante est encore présente dans près d'un logement sur deux et continue de faire peser d'importants risques sanitaires, non seulement sur leurs occupants mais également sur les acteurs de la construction qui seraient amenés à intervenir au sein de ces logements.

Dans une volonté d'éradication de ce matériau cancérigène, le gouvernement a considérablement renforcer la réglementation liée à l'amiante. Si un abaissement drastique des seuils d'exposition est programmé au 1er juillet 2015, c'est toutefois dès le mois de juillet 2013 qu'entreront en vigueur les premières mesures applicables au traitement de l'amiante. En effet, à compter de cette date, seules les entreprises certifiées pourront procéder au désamiantage des immeubles. Or, qui dit certification, dit professionnels formés et c'est précisément sur ce point que la théorie se heurte à la pratique.

On estime aujourd'hui à plus de 300.000 les professionnels du bâtiment (diagnostiqueurs, artisans, donneurs d'ordre, etc.) devant être formé au risque amiante. Un chiffre important surtout si l'on considère que seulement 10.000 d'entre eux ont pu profiter d'une telle formation en 2012. Entre des centres de formation “saturés” et des textes de loi relativement complexes à appréhender, Philippe Tempère, président du groupe “Amiante” auprès de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), estime que “la nouvelle réglementation vient se traduire pour la plupart des entreprises par des exigences techniques irréalisables dans les délais impartis”.

Considérant que d'importants efforts doivent être entrepris du côté des professionnels du bâtiment, Philippe Tempère pointe également du doigts les acteurs du diagnostic immobilier. Si un logement mis en vente doit obligatoirement faire l'objet d'un repérage préalable d'amiante, celui-ci ne serait en effet pas toujours réalisé dans les règles de l'art. De l'avis du représentant de la FFB, certains diagnostiqueurs “ font de mauvais diagnostics ou n'en font pas du tout. Ils estiment que c'est à l'entreprise de les faire.” Une situation que Philippe Tempère qualifie “ d'insupportable ”.

Dans ce contexte, l'OPPBTP poursuit donc pour une année de plus son vaste programme de prévention du risque amiante lancé en avril 2012.

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

Diagnostic immobilier - Amiante : la dure réalité du terrain

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Diagnostic immobilier - Amiante : la dure réalité du terrain

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Partagez
cette
page