Air intérieur : plus d'un logement sur deux est pollué

22/06/2015 à 15:44 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Air intérieur : plus d'un logement sur deux est pollué
Air intérieur : plus d'un logement sur deux est pollué

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI), plus d'un logement sur deux présenteraient de fortes concentrations de polluants aussi divers que nocifs.

L'air intérieur de nos logements est loin d'être sain

Trouver le logement idéal (confortable, bien localisé et abordable financièrement) reste un objectif majeur pour bon nombre de français, mais encore faut-il que celui-ci offre un environnement sain. Or, sur ce plan-là, force est de constater que le compte n'y est pas. Depuis quelques années maintenant, les pouvoirs publics portent une attention toute particulière à la qualité de l'air que nous respirons dans nos habitations. Une préoccupation à l'origine de la mise en place dès 2001 d'un Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI) et qui apparaît des plus légitimes au regard de la récente étude publiée par ce dernier. En effet, si l'on en croit l'Observatoire, plusieurs dizaines de polluants différents ont pu être identifiés (dans des proportions plus ou moins fortes) et ce, dans plus de la moitié des logements soumis à analyse. « Les résultats présentent une forte hétérogénéité. 32 des 48 COSV [composés organiques semi-volatils] recherchés dans les poussières et 35 de ceux recherchés dans les particules en suspension dans l'air ont été détectés dans plus d'un logement sur deux », explique ainsi Corinne Mandin, coordinatrice scientifique de l'étude.

Pollution de l'air : aucun logement n'est épargné

S'il s'agit pour la plupart de substances chimiques entrant dans la composition de produits de grande consommation (produits ménagers, meubles, objets en plastique, bougies, moquettes, etc.), la scientifique précise que « certains COSV, notamment les phtalates et les HAP, sont détectés dans quasiment tous les logements, à la fois dans l'air et dans les poussières ». Parfois présents en grande quantité, ces polluants peuvent présenter un risque sanitaire non négligeable, plus particulièrement pour les jeunes enfants qui n'hésitent pas à porter doigts et objets en tout genre à la bouche. L'observatoire souligne à ce sujet que « certains COSV sont suspectés d'avoir des effets sur le système nerveux et le système immunitaire. De plus, certains sont suspectés d'être des perturbateurs endocriniens ».

Comment assainir l'air que l'on respire ?

De fait, comment se prémunir face au danger bien réel que font planer ces substances sur notre santé ? Si les plus exigeants se tourneront vers la réalisation d'un diagnostic immobilier air intérieur afin d'identifier précisément les polluants auxquels ils sont exposés, les petits gestes simples ne sont pas non plus à négliger. Il est ainsi vivement recommandé d'aérer son logement au moins 10 minutes chaque jour (quelle que soit la saison), de veiller au bon entretien des systèmes de chauffage et de ventilation, de bannir les bougies parfumées et autres parfums d'intérieurs (encens, désodorisants) ou encore de troquer ses produits ménagers habituels par des produits plus naturels mais tout aussi efficaces (savon noir, vinaigre blanc, bicarbonate de soude, etc.).

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Le diagnostic immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Partagez
cette
page